HIROO ONADA (1922-2014)

Figurines, Militaria, Aviation, Exposés, Articles, Collection Objets, etc etc

Modérateurs: Antoine, Xaneaze

HIROO ONADA (1922-2014)
Antoine Hors ligne


Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7233
Inscription: Sam 10 Déc 2011 14:51
Localisation: Provence Alpes Côte d'Azur

Messagede Antoine » Sam 18 Jan 2014 00:44

Onoda, l'homme qui ne croyait pas à la reddition, est mort
Ce soldat japonais a combattu dans la jungle philippine jusqu'en 1974, refusant de croire que le Japon avait capitulé. Il est mort dans son lit à 91 ans.

Image

Hiroo Onoda est mort tranquillement dans son lit à Tokyo à 91 ans. Rien que de très banal, sauf que cet ancien soldat japonais a vécu caché dans la jungle aux Philippines jusqu'en 1974, pensant que la guerre n'était pas finie. Durant près de trente ans après la capitulation de l'empire nippon, cet officier de renseignement et spécialiste des techniques de guérilla a résisté sur l'île philippine de Lubang, près de Luzon.

On l'y avait envoyé en 1944 avec un ordre formel : ne jamais se rendre et tenir jusqu'à l'arrivée de renforts. Avec trois autres soldats, il a obéi à cette instruction pendant des années après le conflit, ignorant que le combat était fini. Leur existence fut découverte en 1950, lorsque l'un d'eux décida de sortir de la forêt et de rentrer au Japon. On a eu beau alors larguer par avion des tracts annonçant à Onoda que la guerre était terminée depuis longtemps et que l'armée impériale avait été battue, le soldat n'y crut jamais et continua avec ses derniers acolytes à surveiller des installations militaires et même parfois à se battre contre des soldats philippins.

"Exécuter les ordres"
Après la mort d'un des compagnons d'infortune d'Onoda, Tokyo et Manille continuèrent de rechercher ce dernier et son ultime frère d'armes pendant dix ans. Finalement, les recherches furent arrêtées en 1959, Japonais et Philippins étant persuadés que tous deux étaient morts. Mais en 1972, ils refirent surface pour attaquer des troupes philippines. Onoda réussit à s'enfuir alors que son dernier homme était tué. Tokyo décida alors d'envoyer des membres de sa propre famille pour tenter de le convaincre d'arrêter le combat, mais en vain. Il aura finalement fallu que son ex-commandant s'enfonce lui-même dans la jungle en 1974 et lui ordonne de déposer les armes pour qu'il accepte sa reddition.

Hiroo Onoda était le dernier de ces dizaines de soldats japonais qui, aux quatre coins de l'Asie, ne croyaient pas à la défaite et avaient décidé de continuer la lutte au nom de l'empereur Hirohito, bien après la capitulation annoncée par ce dernier le 15 août 1945. À son retour au Japon en 1974, il expliqua lors d'une conférence de presse que, pendant ses trente années au coeur de la jungle philippine, il n'avait eu qu'une seule chose en tête : "exécuter les ordres".

Leçons de survie
Mais le Japon qu'il avait retrouvé n'était plus celui qu'il avait quitté : triomphant, conquérant, impérial. L'Empire était vaincu, certes, mais se reconstruisait à marche forcée. Et surtout, était devenu pacifiste, constitution "made in USA" oblige depuis 1947. Alors, sans doute déboussolé, le soldat perdu de l'Empire part s'installer dans un ranch au Brésil, tout en faisant des allers et retours vers le pays du Soleil levant. En 1984, il devient une vedette dans son pays. Il fonde un camp de jeunesse où il enseigne... des techniques de survie, celles qui l'ont aidé à tenir trente ans durant dans l'enfer vert.

En 1996, Onoda est revenu à Lubang, invité par les autorités locales, bien que durant ses trois décennies de planque il ait été impliqué dans la mort de dizaines de Philippins. C'était la guerre, croyait-il. Alors il a fait un don pour fonder une école.

En mai 2013, Onoda est encore apparu dans un programme de la télévision publique japonaise NHK. "J'ai traversé une époque qui s'appelait la guerre". Une guerre qui, à en juger par les réactions des pays voisins, colle encore et toujours à la peau du Japon.

Image



Source : Le Point, 17 janvier 2014
Antoine. L'homme est la pièce rapportée de la Nature : il passe son temps à mesurer...


Alain Hors ligne

 
Messages: 80
Inscription: Mar 25 Sep 2012 08:32
Localisation: Embourg (Belgique)

Messagede Alain » Sam 18 Jan 2014 08:34

Bonjour,

Merci pour cette belle évocation qui, pour moi aussi, à marquer ma jeunesses.


Dark Hors ligne


Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 23259
Inscription: Mar 31 Mai 2011 22:30

Messagede Dark » Sam 18 Jan 2014 09:09

Je connais cette histoire depuis que je suis gosse

Et l'abnégation de ce soldat refusant la défaite

Symbolisait la détermination et le courage

Du peuple nippon

Fier samouraï

Je le croyais disparu depuis longtemps

Vraiment je suis sur le cul

Qu'il est vécu si longtemps


Image
Image
Image
Lorsque l’armée américaine a débarqué sur le petit territoire, en février 1945,

Hiroo Onoda a reçu un dernier ordre de son supérieur: résister.

«Cela pourra prendre trois ans, lui a dit le major Yoshimi Taniguchi, cela pourra prendre cinq ans, mais quoi qu’il arrive nous reviendrons vous chercher.»

Image
Image

Ce soldat japonais a vécu caché dans la jungle aux Philippines jusqu'en 1974, pensant que la guerre n'était pas finie.

Durant près de trente ans après la capitulation de l'empire nippon, cet officier de renseignement et spécialiste des techniques de guérilla a résisté sur l'île philippine de Lubang, près de Luzon.

On l'y avait envoyé en 1944 avec un ordre formel : ne jamais se rendre et tenir bon jusqu'à l'arrivée de renforts.

Avec trois autres soldats, il a obéi à cette instruction pendant des années après le conflit, ignorant que le combat était fini.

Leur existence fut découverte en 1950 lorsque l'un d'eux décida de sortir de la forêt et de rentrer au Japon.

On a eu beau alors larguer par avion des tracts annonçant à Onoda que la guerre était terminée depuis longtemps et que l'armée impériale avait été battue, le soldat n'y crut jamais.

Après la mort d'un des compagnons d'infortune d'Onoda, Tokyo et Manille continuèrent de rechercher ce dernier et son ultime frère d'arme pendant dix ans.

Finalement les recherches furent arrêtées en 1959, Japonais et Philippins étant persuadés que tous deux étaient morts.


Mais en 1972, ils refirent surface pour attaquer des troupes philippines. Onoda réussit à s'enfuir alors que son dernier homme était tué.

Tokyo décida alors d'envoyer des membres de sa propre famille pour tenter de le convaincre d'arrêter le combat, mais en vain.

Il aura finalement fallu que son ex-commandant s'enfonce lui-même dans la jungle en 1974 et lui ordonne de déposer les armes pour qu'il accepte sa reddition


Xaneaze Hors ligne


Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6911
Inscription: Mer 21 Sep 2011 14:32
Localisation: Chambéry

Messagede Xaneaze » Sam 18 Jan 2014 10:34

Très beau résumé ! J'apprécie bcp cette histoire, j en avais déja parlé de mémoire sur le forum. Le petit détail qui tue...quand il s'est rendu, Onada appliquait toujours la stricte rigueur militaire, à savoir, ses bottes étaient parfaitement cirées, tjs rasé de près, son arme propre dans un état impeccable et les munitions tjs soignées et dans un état aussi opérationnelle. De mémoire, il a terminé sa vie aux USA (sauf su je confonds avec un autre).
"Un palmarès se construit sur la passion des autres, on dépend de l'anonymat et de la passion partagée d'une écurie...." Jacky Ickx


Dark Hors ligne


Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 23259
Inscription: Mar 31 Mai 2011 22:30

Messagede Dark » Lun 27 Oct 2014 08:51



einteste Hors ligne

 
Messages: 3
Inscription: Mar 23 Fév 2016 07:38

Messagede einteste » Ven 26 Fév 2016 08:56

Très interessante cette discussion, merci pour vos retours et vos lectures.
--------------------------
coque samsung galaxy s7 edge etui samsung galaxy s7 edge



Retourner vers HISTOIRE ET COLLECTION

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


cron